Cette remontrance tout en nuance m’a perturbé, car je l’avoue, puisque cela semble être un crime : j’aimais ce que j’étais en train de lire.

« Odette Toulemonde et autres histoires », c’est un recueil de nouvelles qui nous conte le destin de huit femmes. Celui de Wanda, par exemple, qui a fait fortune en choisissant les hommes qui pouvaient l’ensevelir d’or et retrouve par hasard son premier amour, sans le sou. Celui d’Aimée, aussi, dont le mari s’en va voguer sous d’autres latitudes amoureuses, non sans laisser un Picasso à celle qu’il abandonne. Un vrai, un faux ? Mystère.

Et puis il y a l’histoire de Nathalie, qui commence comme ceci :

En vérité, rien ne serait arrivé si je n’avais pas changé de coiffeur »

Ensuite vient le tour d’Odette Toulemonde, une nouvelle inspirée du film d'Eric Emmanuel Schmitt. Odette file ses jours dans la banlieue grise d’une triste ville de Belgique, et rêve de rencontrer Balthazar Balzan, l’homme qui écrit les livres qui la maintiennent en vie. Et devinez quoi ? Elle le rencontre ! Commence alors un festival de clichés, aussi énormes que les usines désaffectées de la cité d’Odette.

Dans le rôle de la petite Belge sans le sou mais heureuse quand même, car elle se contente de choses simples, Odette.

Odette avait reçu un don : la joie. Au plus profond d’elle, il devait y avoir un jazz band jouant en boucle des airs entraînants et des mélodies trépidantes. Aucune difficulté ne la démontait. Face à un problème, elle cherchait la solution. Puisque l’humilité et la modestie constituaient son caractère, n’estimant pas, en toute occasion, qu’elle méritait mieux, elle ne se sentait guère frustrée. »

Dans le rôle de l’écrivain parisien découvrant la simplicité des gentils pauvres, Balthazar Balzan.

C’est trop sucré.

En outre, Schmitt utilise un peu grossièrement son héros pour régler ses comptes.

Effectivement, les critiques, tels des loups chassent en bande. La première critique avait déchaîné la meute. »

Mais attention : si l’on excepte Odette Toulemonde, flatterie inexplicable du lecteur sensible, on tient une recueil pas si mauvais que cela. Disons que ces petites histoires vite écrites sont comme un spaghetti bolognaise cuisiné par un grand chef. C’est bon, mais ce ne sera jamais qu’un bolo…

Odette Toulemonde




Odette Toulemonde et autres histoires, Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, 282 pages, 19 euros. Vous pouvez le commander sur Amazon.