C’est l’histoire de Paul, 10 ans, alcoolique. C’est aussi celle de Pierrot, employé des pompes funèbres, mais passionné de photo, et qui trouve sa voie en photographiant « ses clients », à la morgue. Il en fera un livre et passera à la télé.

C’est aussi l’histoire de Rémi, un enfant adorable et de Marie Rose, qui prépare des pâtés de rats que tout le monde redemande.

Je suis assez fasciné par ce livre. Il multiplie les risques : langage oral, enchevêtrement d’histoires, multiplication des personnages et j'en passe. Et pourtant, ça se tient comme un pâté de rat. Le rythme ne faiblit jamais. Il est vrai qu’on se demande parfois qui est qui, mais cela ne dure que quelques secondes et cela ne détend pas le ressort.

En fait, ce bouquin est comme les personnages dont il parle : il ne sait pas trop bien pourquoi il est là, il est un accident à lui tout seul, son chemin est chaotique, il n’a pas vraiment de but, mais il est là, profondément humain. Donc drôle.

Pour terminer, encore une aventure du chat Bastos, qui drague.

C’est une nuit de pleine lune. Le chat Bastos est en vadrouille. La pleine lune, ça lui fait toujours un drôle d’effet. Il a la pupille dilatée, la démarche ondulante, le sourire carnassier… il est chaud bouillant. Il a repéré une jeune chatte qui vient d’arriver dans le quartier. Il est en route. Plus que deux jardins à traverser. Il l’entend déjà, la drôlesse.

Elle aussi, la pleine lune lui fait de l’effet. Elle n’a que sept mois. Et déjà, elle appelle.

Quel tempérament !

C’est Rémi qui l’a trouvée dans une poubelle et qui l’a donnée à Jack. Raymond a dit que c’était un mâle, alors ils l’ont appelée Riton.

Il y a quelques heures, c’était une petite chatte, mignonne, joueuse et câline… une enfant. Là, sous l’emprise des sens, une maniaque sexuelle. Avec une voix à la Marlène Dietrich. Bastos est tout retourné. Il se dit que « Satan l’habite ». Ce n’est pas très fin, mais… c’est la pleine lune, il a une excuse. »

Savoureux !

Allumer le chat



Allumer le chat, de Barbara Constantine, Calmann-Lévy, 258 pages, 14,5 euros. Vous pouvez le commander sur Amazon.





Du même auteur : A Mélie sans mélo
A lire également sur le Blog des livres : Trois questions à Barbara Constantine