Peut-on évoquer la mort sans plonger le lecteur dans un ennui mortel ?

Voyons si Laurent Gaudé sort sain et sauf de cet exercice.

Dans « La porte des Enfers », il raconte l'histoire de Matteo, un jeune papa napolitain.