Car nous ne sommes pas en possession d'un roman, mais d'un véritable livre de fan. Avec tous les dangers que cela recèle, et Naulleau les a vus.

Quelle forme donner à cet exercice livresque, quand on doit exclure tant la classique biographie, faute de bataillons d'admirateurs dont disposent par exemple Bob Dylan ou Bruce Springsteen, que plus radicalement encore les stances enamourées de l'adorateur solitaire ?

Et Eric Naulleau fait découvrir aux novices dont je suis le fameux Graham Parker. Mais au fait (pardon les puristes !), il chante quoi Graham Parker ?

Ceci :

Ou encore ceci :



Si vous, moi, et quantité d'autres ne le connaissent pas au juste, c'est parce que nous sommes devant un musicien que de nombreux critiques se plaisent à classer parmi les plus grands, entre Dylan et Springsteen, sauf que, pas de bol, il est resté légèrement en dehors des radars de la toute grande notoriété. Graham Parker ne le vit toutefois pas trop mal, comme il le confie à l'auteur.

Aucun regret, aucune aigreur, d'être passé de concerts combles, d'une première partie de Bob Dylan dans un stade, à ces petites salles. J'ai toujours su que j'étais destiné à rester ce que je suis aujourd'hui encore : un type de la classe ouvrière.

Et pour Eric Naulleau, cette absence remarquée au "star system" est surtout dûe au refus des concessions, qui caractérise notre rocker.

Comment parler d'un homme dont le refus de toute compromission, et même de tout compromis, refus payé au prix fort, vous sert d'exemple discret mais têtu au long des tours et détours de votre vie professionnelle, de votre vie tout court ?

Ce qui n'a pas empêché Parker d'être cité par les plus illustres, comme Bruce Springsteen.

Graham Parker est le seul artiste pour lequel je paierais un billet de concert.

Eric Naulleau distille son amour pour Parker de manière complètement anachronique, allant et venant au travers des époques, des pays, et des états d'Amérique. Au détour du récit de sa relation à Graham Parker, car les deux hommes se connaissent, Eric Naulleau égrène quelques moments, anodins ou un peu moins, de sa propre vie.

Dans la deuxième partie du livre, de manière plus encyclopédique, Graham Parker lui-même détaille les sources d'inspirations de chacune de ses chansons, que le lecteur peut écouter en scannant un code au bas de la page.

L'ouvrage est décontracté, on ne se trouve pas devant de la grande littérature, et on ne se trouve pas non plus devant une biographie minutieuse. C'est juste une promenade d'Eric Naulleau sur les traces de son idole. Promenade où l'on se perd parfois un peu, mais qui nous fait découvrir la silhouette d'un rockeur attachant.

parkeromane.jpg



Eric Naulleau, Parkeromane, littérature française, Belfond, 210 pages, 16 euros. ISBN : 9782350132136. Notre note : 2/5.