A priori, Désirée et Benny n’ont rien en commun. Elle est bibliothécaire, bobo et citadine. Il est agriculteur. Elle vient pleurer son défunt mari. Il se recueille sur la tombe de sa mère. Leur première impression réciproque n'a d'ailleurs rien d'engageant.

Lui :

Elle est décolorée comme un vieille photo couleur qui a trôné dans une vitrine pendant des années. Des cheveux blonds fanés, le teint pâle, des cils et sourcils blancs, des vêtements ternes et délavés, toujours un truc bleu ciel ou sable. »

Elle :

Il dégage cette fierté propre aux cultivateurs du dimanche, comme si la tombe était son jardin ouvrier. Il avait une drôle d'odeur et seulement trois doigts à la main gauche. »

Et pourtant, il y a des jours où Cupidon ne s'en fout pas. Entre elle et lui, c'est le coup de foudre, aussi violent qu'inexplicable.

Lui :

Ce n'était pas exactement un déclic. Plutôt comme quand je touche le clôture électrique sans faire gaffe. »

Elle :

Il ne m'avait pas seulement fait tourner la tête, il lui avait fait faire plusieurs tours sur elle-même jusqu'à ce qu'elle se détache. »

Benny et Désirée se lancent donc corps et âme dans cette amour révolutionnaire. Mais très vite, les différences culturelles font des croche pieds aux deux amants.

Elle :

Parfois je lui demande s'il veut que je prenne quelque chose à lire à la bibliothèque, puisqu'il n'a pas le temps d'y aller. ‘Quand on a lu un livre, on les a tous lus, et j'en ai lu un l'année dernière’, répond-il en louchant comme un crétin. »

Lui :

On va aussi bien ensemble que la merde et les pantalons verts, comme disait mon grand-père. »

Nos deux extra-terrestres trouveront-ils finalement un terrain d'entente ? Je vous laisse sourire jusqu'à la dernière page et son dénouement tragi-comique.

Voilà en tout cas un roman sans prétention. Il n'a d'autre objectif que de nous faire rire, et il le fait finement, malgré un thème assez casse-pipe. Cette qualité fait aussi son défaut : n’allez pas y chercher de grands enseignements sur la vie, lisez-le plutôt entre deux romans plus profonds.

Ne lui en demandez pas trop, il réussit déjà cette prouesse littéraire : nous donner le sourire sans nous le reprendre, tant que dure ce joli roman.

Mec.jpg



Le mec de la tombe d'à côté, Katarina Mazetti, Actes Sud (Babel), 254 pages, 7,50 euros. Vous pouvez le commander sur Amazon.