La vérité, c’est que ce bouquin part d’une idée géniale : raconter la vie d’une famille d’indépendants comme les autres, sauf que le petit commerce qu’elle exploite, est spécialisé dans les accessoires pour le suicide. Il est très logiquement situé Boulevard Beregovoy…

Son slogan :

Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort. »

La vie quotidienne, au magasin, ça donne ceci :

Alan, combien de fois faudra-t-il te le répéter ? On ne dit pas "au revoir" aux clients qui sortent de chez nous. On leur dit "adieu" puisqu’ils ne reviendront pas. »

Lucrèce, Mishima et leur trois enfants, Vincent, Marylin et Alan passent donc leur vie à abréger celle des autres. Ils vendent des cordes résistantes, des parpaings en ciment et des fioles bourrées d’arsenic.

Lucrèce et Mishima, sont très fiers de leurs deux aînés. Vincent est diaphane et suicidaire, et Marilyn est grasse et mal dans sa peau. Le problème c’est Alan. Il dérange. Car il voit la vie en rose. C’est le clou du cercueil de ses parents :

« On le force à regarder les infos à la télé pour tenter de le démoraliser mais si un avion transportant 250 passagers s’écrase et qu’il y ait 247 morts, lui ne retient que le nombre de rescapés. »

L’enfant rebelle va doucement semer l’optimisme, comme on inoculerait un poison. Il rend le sourire aux clients, et c’est très mauvais pour le commerce.

Je ne veux prendre le risque de tuer le suspense en vous racontant la suite. Disons simplement qu’on rit, mais que Jean Teulé exploite jusqu’à la corde du pendu la bonne idée de ce commerce de la mort. Au risque d’en faire trop, beaucoup trop, je trouve, et de livrer l’histoire sans grande finesse, ni dans l’écriture, ni dans la manière d’agencer les événements. Sans parler d’une fin un peu abrupte (logique, me direz-vous…). Cela étouffe un peu l’humour et l’émotion.

C’est dommage parce que le personnage d’Alan est salutaire en ces temps de pessimisme rampant. Un petit garçon qui se bat contre ses aînés parce qu’il croit au sourire, qu’y a-t-il de plus beau ?

Les magasin des suicides



Le magasin des suicides, Jean Teulé, Julliard, 157 pages, 17 euros. Vous pouvez le commander sur Amazon.